Beautés et merveilles du Cameroun

Je vous partage ici quelques sites du Nord Cameroun que j’ai visité et qui valent un detour si vous en avez l’occasiion un  jour.



Les Gorges de Kola
Peu connues des circuits touristiques habituels dans le Nord Cameroun, les gorges de Kola ne se racontent sans doute pas. Elles se vivent. Tout simplement
Situées à 5,2 Km de Guider, Les gorges de Kola sont impressionnantes et magnifiques de puissance. Les voies ouvertes par le Mayo Louti dans la roche, comme une route tracée et polie par une main divine dans ce champ de roches qui, le temps de la saison sèche se transforment en un labyrinthe sablonneux comportant grottes et caves creusées par les eaux à une profondeur de 20 m.
Les gorges de Kola sont un affleurement rocheux qui 'étend sur 700m de longueur et qui sans doute, à la suite d'un mouvement tectonique s'est ouvert pour laisser place au passage qu'emprunte le fleuve qui coule ici, en saison de pluie de mai à septembre, le vent et le soleil ont façonné le paysage aidé, sans doute, par des phénomènes volcaniques d’une époque lointaine dont on observe encore les traces. Les stries, grises et blanches, et les angles arrondis observés sur les roches donnent une idée du travail abrasif millénaire auquel se sont livrés les éléments naturels.






Le barrage de Goloza
Au départ de la ville de Guider en direction du nord, suivant la route qui s’écoule le long des monts Mandara-  à un jet de pierre du Nigeria, zone aux paysages magnifiques valonnés et parsemés de pics rocheux. Les découvertes sont nombreuses.
 Construit  dans les années 70, le barrage de retenue d’eau de Goloza., comme sorti de nulle part apparaît au détour d’une route de montagne asphaltée. Son rôle est d’approvisionner en eau potable toute la région, notamment les villes de Guider, Mayo-Oulo ainsi que les nombreux villages que l’on rencontre sur le chemin.




Les pics Rhumsiki
Après deux heures de route dans la direction du nord, on aperçoit au loin, les pics de Rhumsiki. Ces espèces de pains de sucre sortis de terre et qui se dressent comme des doigts accusateurs. Cette vue fait naître chez le voyageur une excitation particulière. Envie de découverte. Envie de toucher ces paysages maintes fois racontés et décrits. Symboles fort de la richesse touristique du Cameroun. Ici, on est loin de cartes postales. on touche la réalité, la beauté, la force de la nature.
Le campement de Rhumsiki ou l’on peut passer la nuit est un ensemble compose d’une quinzaine de boukarous pour 26 chambres qui offrent un confort. Pour y séjourner durant la haute saison, il faut prendre la peine de réserver longtemps à l’avance afin de pouvoir profiter de cet endroit merveilleux.
On peut, de la terrasse du campement, profiter de la paix et de la quiétude du lieu pour observer, dans la pénombre, les pics qui se dessinent au loin comme des doigts interrogateurs et profiter de la beauté du lieu.





une vue du barrage de Mokolo
Mokolo
Dans la ville de Mokolo, mercredi c’est jour de marché. Les rues grouillent de monde. Le barrage de retenue d’eau de Mokolo est notre prochaine étape. La retenue d’eau, ouvrage construit dans les années 70 approvisionne en eau tous les villages et villes de la région. Le voyageur qui suit la route Mokolo-Mora par Koza ne maquera pas d’observer les nombreuses bornes-fontaines et les conduites d’eau qui affleurent par endroits.
Les cases nichées dans la montagne, hostile, domptée à force de poignet par les hommes avec les cultures en terrasse s’étend à perte de vue.
Après la ville de Koza le voyageur ne manquera pas de remarquer le Parc National de Mozogo-Gokoro qui fait la joie des nombreux babouins et des nombreuses espèces d’oiseaux qui le peuple.


Oudjila

A une dizaine de kilomètres de de la ville de Mora se trouve le canton d’Oudjila, niché a 750 m d'altitude dans la montagne. Ce village de 25 mille personnes mérite le détour.
Après une escalade en 4x4 sur une route de montagne à peine carrossable vous permet d’atteindre le sommet de la montagne ou le palais du chef est un objet de notre visite plein d’intérêt.
Le voyageur sera sans doute accueilli par l’un des 113 enfants du chef de village presque centenaire qui compte en outre une cinquantaine de femmes.
Une visite guidée dans les dédales du palais : le tribunal où siège le chef en cas de litiges. Les plus fréquents ici sont: les divorces et litiges fonciers. Sur les murs trônent des photos du souverain paré de ses médailles ou serrant la main au président de la République Paul Biya lors d'une de ses visites dans la Région de l'Extrême-Nord. L’attention est saisie par la photo de Georges Pompidou qui, aurait permit de faire d'Oudjila un site touristique.
Les locaux dans lesquels sont engraissés les boeufs sacrés, a l'abri de la lumière, qui seront immolés lors des la fêtes des récoltes. Histoire de rendre grâce et de demander aux dieux de couvrir d'abondance les sujets d'Oudjila.
La visite du quartier des femmes et des 4 pièces qui composent le patrimoine de chacune: 2 greniers, une chambre et une cuisine offre au visiteur l’étendu du sens de l’intendance et de la planification des habitants de ce milieu en apparence hostile.
Après la visite de la case sacrée contenant des reliques 4 fois centenaires le voyageur peut terminer sa visite par une séance photo sur la terrasse panoramique qui offre une vue sur tout le canton, la plaine au loin et surtout sur les impressionnantes terrasses qui servent de champs de culture et qui, le temps des cultures donnent verdure et grâce à la montagne.















Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Bouba Kaélé : De El Alamein à Mbalam

Les visages de la publicité au Cameroun

Oyebog Tennis Academy : une chance pour les jeunes d’avoir une vie meilleure