Annonceurs : le mobile en tête d’affiche








Mtn et Orange se partagent la première place.

S’il est une chose  bien difficile sur le marché camerounais de la publicité, c’est de pouvoir en faire une évaluation à peu près exacte de l’argent qui y est brassé. Faute de chiffres précis, certains acteurs de la filière évaluent le marché à 5 milliards. D’autres, plus optimistes certainement, en s’appuyant sur le chiffre d’affaires annuel réalisé par un imprimeur de la taille de  Multiprint (environ 5 milliards) avancent le chiffre de 20 milliards.
Dans cette bataille  de chiffres,  les principaux annonceurs du marché camerounais de la publicité se recrutent principalement dans six secteurs d’activité : la téléphonie mobile, les brasseurs, les cigarettiers, le secteur regroupant les banques, les assurances, l’automobile, les sociétés pétrolières et, enfin, l’agro-alimentaire et les jeux.
Le secteur de la téléphonie mobile que se partagent Mtn Cameroun et Orange Cameroun est sans doute le plus présent et le plus dynamique, avec les budgets de communication les plus importants. Un expert du secteur évalue à plus de 6 milliards de francs les dépenses cumulées de ces deux annonceurs, soit environ 40 % des dépenses globales du marché pour l’exercice 2002-2003. Ensuite, celui des brasseurs, où trônent la Société anonyme des brasseries du Cameroun (Sabc) et Guinness Cameroun. L’Union camerounaise des brasseries (Ucb) ayant axé, pour l’essentiel, sa stratégie de communication sur des jeux promotionnels et Siac-Isenbeck étant occupée à résoudre ses difficultés internes. Ce secteur effectue néanmoins environ 20 % des dépenses du marché publicitaire. Le groupe composé par les banques, les assurances, l’automobile et les sociétés pétrolières, absorbe quant à lui environ 10 % des dépenses. Les cigarettiers, Bat principalement, tiennent environ 5 % des dépenses. Le secteur de l’agro-alimentaire absorbe environ 20 % des dépenses. Et la dernière catégorie, les jeux, essentiellement le Pmuc, représente environ 5 % des dépenses.  Il faut toutefois noter que les dépenses en publicité,  de façon générale, s’effectuent selon la répartition suivante : 2/5 des budgets pour les grands médias (presse, affichage, télévision, Radio) et les 3/5 restants dans les hors médias (promotion, relations publiques, sponsoring…).










Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Bouba Kaélé : De El Alamein à Mbalam

Les visages de la publicité au Cameroun

Oyebog Tennis Academy : une chance pour les jeunes d’avoir une vie meilleure