Quand les consommateurs prennent le pouvoir aux marques

Il y a une dizaine d'années, en juin 2008, j'avais assisté à Dakar au Next Africa Telecoms Forum. A cette époque nous avions beaucoup discuté de l'accès à Internet en Afrique et l'une des question centrale était celle des réseaux sociaux.

L’un des présentateurs, Neil Jacobson, qui nous avait été présenté comme un futurologue, de ceux qui analysent les tendances et prédisent les évolutions futures, nous fait entretenu sur les changements majeurs qui ont conduit, plus qu’une évolution, à une révolution dans le monde contemporain. Pour Neil Jacobson, le point central de ce changement résidait dans ce qu’il a appelé la « fractalité ».

Ce concept trouve son essence dans le déplacement du pouvoir qui est passé, à la suite de l’évolution technologique, du centre vers les individus avec le développement du citizenship journalism. Ces citoyens journalistes qui sont désormais à la producteurs et consommateurs d’informations. Ainsi la convergence des technologies a changé le monde en conduisant à la naissance de « Prosumers », à la fois producteurs + consommateurs d’information.

Voici en résumé ce que j’ai retenu de l’exposé fort intéressant de Neil Jacobson:

Le phénomène du média social
La montée des médias sociaux (You Tube, Facebook…) offre une formidable opportunité de remplacement de la publicité classique. De nombreuses marques ont ainsi été bâties et d’autres… détruites. La production de contenus par les consommateurs est un redoutable tsunami. Ce qui nous impose développer des relations de proximité avec ces derniers afin qu’ils puissent se faire les portes parole de notre marque.

La règle des plateformes multiples
Désormais le consommateur (Prosumer) décide de quand il veut recevoir les informations ce qui imposait aux opérateurs télécoms d’être présent dans tous les circuits.

La stratégie de la disruption (Innovation dérangeante)
Posture mentale qui devrait guider les opérateurs afin de pouvoir identifier de nouvelles opportunités de marché, développer de nouveaux produits… en somme se réinventer.

Faire de l’argent à travers le concept de « Free to fee ».
Ici, il est question de pouvoir mettre  à la disposition des consommateurs des outils d’accès à la technologie et de développer les revenus à travers les services à valeur ajoutée.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Bouba Kaélé : De El Alamein à Mbalam

Les visages de la publicité au Cameroun

Oyebog Tennis Academy : une chance pour les jeunes d’avoir une vie meilleure